Cette année, nos peurs ont pris une dimension un peu spéciale. On a compris que plus que jamais, il allait falloir cohabiter avec elles. Les appréhender. Et même les affronter.

On a été bousculé, on a été secoué et quelque part, on sait que c’est loin d’être terminé.

Du coup à l’approche d’Halloween, on a eu envie de faire un petit topo sur « celles dont on parle peu ». « Celles » qui nous font frissonner mais qu’il est souvent bon d’affronter.

C’est parti pour un face à face avec nos peurs.

 

JE REGARDE MA PEUR EN FACE

Quand on regarde un film d’horreur, on a tendance à fermer les yeux devant les scènes trop effrayantes. Au final, notre esprit imagine souvent bien pire que ce qui se passe vraiment sur notre écran.

Dans la vie c’est pareil. On a tendance à grossir les traits, à se faire un monde de nos angoisses.

Je m’arme d’un papier et d’un crayon et je couche sur le papier tout ce que je ferais si je n’avais pas peur. Je mets des mots dessus.

 

JE RENTRE SUR LE CHAMPS DE BATAILLE

#GameOfThrones

Je glisse chacune des peurs que j’ai listées dans un bocal ou une boîte. À chaque peur, son papier. Et chaque jour, chaque semaine ou chaque mois, fonction de l’ampleur de la tâche à accomplir, j’affronte une de mes peurs et je relève un challenge. Dès qu’une peur est vaincue/surmontée, j’écris sur le dos la date de ma victoire et ce que j’ai fait pour l’affronter. Et je mets le papier en boule !

Un exercice à proposer à nos enfants pour leur permettre aussi de mettre des mots sur leurs peurs et à nous de les accompagner en toute bienveillance.

 

J’OPTE POUR LA MÉTHODE DES PETITS PAS

Pour atteindre un objectif, j’y vais étape par étape et je ne pense surtout pas à la finalité. Si je pense au but à atteindre, je risque de paniquer, de me démotiver, de stresser. Alors que si je découpe ma mission en différentes étapes, je vais avancer sans même m’en rendre compte. Et arriver au sommet !

 

JE MISE SUR LE GROUPE

Chercher des solutions pour affronter nos peurs mais ensemble ?!

C’est le principe du Co-développement. L’idée étant de sortir de nos modes de fonctionnement habituels, de nos schémas de pensée classiques pour trouver des réponses dans l’intelligence collective.

Autrement dit de faire face à nos interrogations mais à plusieurs !

Au bureau, en famille, entre amis, on n’hésite pas à monter un « conseil » et à évoquer nos peurs collectives.

 

J’APPRENDS À ÉCHOUER

« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends ». Nelson Mandela

Quand on se lance dans un combat, on ne peut jamais savoir si on en ressortira gagnant ou perdant (sauf si on s’appelle Jon Snow). Et bien rassurez-vous ce n’est clairement pas l’essentiel.

Tal Ben-Shahar, le professeur en psychologie positive à Harvard, nous explique que c’est finalement les échecs qui nous permettent d’avancer et de nous épanouir. Ce qu’il traduit par « l’optimalisme ». Le fait que dans la vie, on puisse rencontrer de nombreux échecs.

Ainsi, si l’on envisage notre échec différemment, cela nous permet d’avoir moins peur et d’oser plus. Au pire, on en ressortira grandi. Alors go, go !

 

JE ME LIBÈRE… DU REGARD DES AUTRES :

Trop souvent source de nos peurs les plus grandes, l’idée d’être (mal) jugé ou de dénoter nous empêche trop souvent d’avancer.

Dans son best-seller « Les quatre accords toltèques : la voie de la liberté personnelle », Don Michel Ruiz (Jouvence éditions) nous dit :

« Quoi qu’il arrive, n’en faites jamais une affaire personnelle. Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles. »

Libérez-vous et évoluez dans votre propre réalité pour faire sauter tous les obstacles qui vous paralysent.

 

ALLEZ VIENS, ON VA FLUNCHER SLASHER

Une fois libéré, le champ des possibles s’offre à nous. Et pour continuer de se dépasser et de se challenger : on slashe, on switch. Autrement dit, on expérimente plusieurs activités, on jongle, on se dépasse et on fait fi de notre syndrome de l’imposteur.

Pour aller plus loin : « Profession Slasheur, Cumuler les jobs un métier d’avenir » Marielle Barbe

Et pour celles et ceux qui voudraient se dépasser, La Fabrique à Bonheurs et Aimotion vous ont concocté un programme de formation pour « Réenchanter votre vie professionnelle ».

« Réenchanter sa vie professionnelle » est un programme pour vous accompagner à faire le bilan de votre parcours et de vos envies professionnelles. À la fin du programme, un bilan de valeurs et de sens, où vous serez en mesure d’incarner une identité professionnelle renouvelée, où vous y verrez plus clair sur les prochaines actions à mettre en œuvre et où vous aurez des ressources, des outils et une communauté au service de vos réalisations.

 

Peut-être n’avez-vous pas encore osé vous offrir ce temps de pause ?

Contactez-nous !